Blog Image

Doutes, palabres et réflexions

Au fil du temps…

Ressentis, engagements, appropriations, révoltes, doutes, certitudes, réflexions… Un peu de littérature aussi, de philosophie s’il se peut, de poésie. Et de musique, on en a tellement besoin !
C’est dans cette approximative petite lucarne que verront périodiquement le jour, à l’avenir, en sus de mes humeurs pas toujours égales, les nouvelles éditions de TamTam dont il vous est déjà loisible de consulter les archives en cliquant ici

Belle découverte à vous !

Ruissellerie 26/26

Abécédaire Russell Posted on 18 juin 2019 15 h 52 min

Dommage. Je m’étais fait, au fil des semaines, à ce petit rituel dont l’Abécédaire du bon citoyen me servait de prétexte : faire dire à Bertrand Russell, par la voie du collage, ce que Russell faisait dire aux mots et qu’ils ne disaient spontanément pas… Amusette, oui, amusette sans doute, en forme de matriochkas, que je n’ai pas toujours voulue innocente. Russell me pardonnera.

Dernière lettre de cet un peu retors alphabet : Z comme Zèle. Illustration : Roland Topor.

Ultime cabriole en forme de pied-de-nez, puisque Russell, en guise de définition, nous propose de nous référer à l’entrée “Mouchard” …qui, dans son abécédaire, n’existe pas ! De là à traduire que Russell estimait que le seul vrai zélote était le mouchard, ou que moucharder est toujours affaire de zèle, il n’y a qu’un pas.
Que je franchis en saluant l’artiste-contorsionniste.

À bientôt ?



Russellerie 26/25

Abécédaire Russell Posted on 15 juin 2019 18 h 13 min

Voilà. L’aventure touche à sa fin. Avant-dernière lettre de ce petit compagnonnage avec l’Alphabet du bon citoyen de Bertrand Russell… Avant dernière pirouette en forme de lucidité de ce génial histrion, de ce philosophe imprévu, de ce prince de la dérision et du poil à gratter.

Était-ce à lui-même qu’il adressait cette définition en trompe-l’oeil de la jeunesse ? Il avait alors 80 ans et devait encore nous livrer bien des malices, nombre de réflexions presque toujours lumineuses pendant 17 ans !

Jeune encore à 97 ans et toujours pourfendeur du conventionnalisme. Comme un certain Mandela l’était jusqu’à 95 ans. D’où mon envie de les unir ici en un clin d’œil adressé à deux maîtres.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre Y comme… Youth (Jeunesse) aujourd’hui.

Prochain et dernier billet de cet Alphabet : Z comme… Zèle.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/24

Abécédaire Russell Posted on 11 juin 2019 8 h 07 min

Inutile, je crois, de commenter davantage ce que la lettre “X” – et, en même temps qu’elle, la xénophobie – inspire à Bertrand Russell. La définition dérisoirement proposée par lui se suffit à elle-même.

L’Ami Devos, roi du surréalisme verbal, décale un peu plus encore le propos. Et voue la xénophobie au pilori. Du moins l’espère-t-on…

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre X comme… Xénophobie aujourd’hui.

Prochain billet de cet Alphabet : Y comme… Youth (Jeunesse).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/23

Abécédaire Russell Posted on 7 juin 2019 11 h 08 min

La terre est plate, tout le monde le sait. Et le soleil lui tourne autour…

Se référer au passé, ne pas trop tenir compte de l’évolution des choses, vouloir ignorer qu’en tout la vérité d’hier n’est vraisemblablement pas celle d’aujourd’hui. Comme un condensé de prudence et d’aveuglement. Prudence et aveuglement dont n’a que très peu fait preuve Russell.

Pour notre bonheur et celui de sa philosophie.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre W comme… Wisdom (sagesse) aujourd’hui. Illustration : Millet.

Prochain billet de cet Alphabet : X comme… Xénophobie.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/22

Abécédaire Russell Posted on 4 juin 2019 12 h 52 min

Lire cette définition iconoclaste de Bertrand Russel de sa lettre “V” dans son Alphabet du bon citoyen, c’est, ni plus ni moins, entrer dans ces temps très actuels d’autoritarisme politique que traversent la France et quelques autres pays.
Odeur brune de pouvoirs qui n’ont à la bouche que des tautologies pour affirmer qu’ils ont raison parce que, par définition, le pouvoir à raison.

Dire qu’on a cru morts Franco, Mussolini, Staline et le petit moustachu ! On est mal barrés !

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre V comme Vertu aujourd’hui. Illustration : Francis Bacon

Prochain billet de cet Alphabet : W comme… Wisdom (sagesse).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/21

Abécédaire Russell Posted on 31 mai 2019 14 h 17 min

Cette sensation d’être dépossédé de soi par ce qu’on croit être l’inélégance (l’injustice) de l’autre.
Et se retrouver face à soi dans le miroir de l’autre – qui qu’il soit – qui nous a imposé ça.
Et prendre conscience qu’il peut dès lors y avoir une “partie adverse”…

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre U comme Unfair (injuste) aujourd’hui. Illustration : René Magritte

Prochain billet de cet Alphabet : V comme… Vertu.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/20

Abécédaire Russell Posted on 28 mai 2019 10 h 40 min

Une pirouette “russellienne » encore.

Où on croit redécouvrir que nos rêves ne sont pas des réalités …et qu’il nous faut pas mal d’innocence pour croire qu’il suffirait de rêver pour influer sur les ( trop sinistres) réalités.

La détestation que Russell entretenait pour – entre autres – les armées, il m’a plu d’en imaginer le relais en faisant appel à cet évocateur travail du “Street artist” Banksy.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre T comme True (vrai) aujourd’hui. Illustration : Banksy.

Prochain billet de cet Alphabet : U comme… Unfair (injuste).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/19

Abécédaire Russell Posted on 24 mai 2019 14 h 39 min

On ne peut pas rire de tout. Ou alors avec intelligence.

On connait certain Président au sein de cette Europe en crise, principalement sociale, qui parle de ceux qui ont réussi, les opposant à ceux qui ne sont rien. Ça vous a un petit côté Louis XIV dans un pays qui a décapité ses rois… ou je me trompe ?

Le fardeau de la fonction, quel est-il ? Le fardeau de la misère quel est-il ?

Osons aujourd’hui dédier à Méprisant Premier, appelé aussi Emmanuel Macron, cette lettre “S” de l’Alphabet de Bertrand Russell. Peut-être saura-t-il reconnaître – sinon le voici informé – que le sacrifice vient avant tout de celui qui est sacrifié. Et qui, à ses yeux, n’est rien. Il faudra bien un jour opposer la révolte au cynisme.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre S comme Sacrifice aujourd’hui. Photo : Lee Jeffries.


Prochain billet de cet Alphabet : T comme… True (vrai).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/18

Abécédaire Russell Posted on 21 mai 2019 11 h 57 min

Retour de balancier très « russellien » aujourd’hui.

En pendant à sa lettre “Q”, sa proposition de définition de “Rationnel” (pour la lettre “R”) poursuit son cheminement d’un “tout et son inverse” jubilatoire.

On vous laisse découvrir la joyeuse perversion mise en place par le philosophe.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre R comme Rationnel aujourd’hui. Peinture : Claude Monet.


Prochain billet de cet Alphabet : S comme… Sacrifice. Ça promet !

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/17

Abécédaire Russell Posted on 17 mai 2019 18 h 48 min

Retourner comme on le fait d’un gant une évidence. Et c’est la question du regard que nous posons sur ce que nous déclarons volontiers être la vérité, ou la réalité.

Que sont les « faits » ? Russell nous interroge.
Ce que nous voyons, et donc interprétons ? Ce que nous lisons ça et là, et qui nous donne à penser que nous avons quelque regard sur le monde ?
Et quand un enfant sourit, est-ce à nous qu’il sourit ? Ou un chat quand il miaule ?

Russell pose la question de nos certitudes.

Et si la vérité était le doute qui mène au questionnement ? À la réflexion, peut-être ?

Beaucoup de points d’interrogation dans ce billet. Ce n’est pas un hasard.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre Q comme Queer aujourd’hui. Peinture : Edward Hopper

Prochain billet de cet Alphabet : R comme… Rationnel.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/16

Abécédaire Russell Posted on 14 mai 2019 9 h 13 min

Un peu d’impertinence aujourd’hui pour répondre à celle, toujours joyeuse, de cet Alphabet du bon citoyen de Russell…
P comme…

On ose espérer que Russell aurait souri à ce petit pied de nez que nous nous autorisons aujourd’hui. Une sorte d’Arroseur arrosé…

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre P comme Pédant aujourd’hui.

Prochain billet de cet Alphabet : Q comme… Queer (Bizarre).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/15

Abécédaire Russell Posted on 10 mai 2019 13 h 22 min

Et on continue. Quinzième lettre de cet Alphabet du bon citoyen de Bertrand Russell.
O comme…

Aucune nécessité de la moindre explication, selon moi. Sinon que, à l’humour caustique de Russell, nous avons voulu répondre par celui, tendre, d’un dessinateur uruguayen des plus créatifs et poétiques : Gervasio Troche. Une découverte.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre O comme Objectif aujourd’hui. Illustration : Gervasio Troche.

Prochain billet de cet Alphabet : P comme… Pédant.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/14

Abécédaire Russell Posted on 7 mai 2019 11 h 11 min

Cynisme ou lucidité ?

La proposition de définition que nous fait Bertrand Russell pour la lettre “N” (…comme Nigaud), si elle n’était pas teintée d’ironie franche et de désillusion, pourrait prêter à de bien méchantes considérations. Ce serait oublier que le philosophe était par-dessus tout un grand humaniste, sa production littéraire fait plus qu’en attester.
Ni cynisme ni exclusive lucidité, dirions-nous. Même si la tendresse de Russell est toujours empreinte de cette dernière. Une tendresse jamais protocolairement compassionnelle. De la générosité, jamais de mépris.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre N comme Nigaud aujourd’hui. Illustration : Les Ailes du Désir, un film de Wim Wenders.

Prochain billet de cet Alphabet : O comme… Objectif.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/13

Abécédaire Russell Posted on 3 mai 2019 13 h 28 min

“L’homme effrayé connaît alors dans sa conscience le désaccord
et il s’aperçoit que le nom occulte de ce désaccord est vérité
et que le nom plus occulte encore de la vérité dévoilée au monde
est scandale.”

En dire davantage serait échapper au mystère, non ?

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre M comme Mystère aujourd’hui. Illustration : Roger Dewint.

Prochain billet de cet Alphabet : N comme… Nigaud

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/12

Abécédaire Russell Posted on 30 avril 2019 10 h 11 min

Non, ce n’est pas l’Abécédaire de Groucho Marx, mais, à lire cette définition on ne peut plus iconoclaste et contradictoire de la liberté, on pourrait croire à une facétie du burlesque moustachu…

C’est que Bertrand Russell n’avait rien à envier à l’irrespectueux Groucho.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre L comme Liberté aujourd’hui. Photo de presse.

Prochain billet de cet Alphabet : M comme… Mystère

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/11

Abécédaire Russell Posted on 26 avril 2019 10 h 48 min

« E pur si muove ! » – “Et pourtant elle tourne !”

En 1633, Galilée, épuisé, rompu, aurait soufflé ces quelques mots après avoir été forcé devant l’Inquisition d’abjurer sa théorie (vérifiée depuis lors) selon laquelle la Terre n’est pas immobile, qu’elle tourne autour du soleil, cessant par là même d’être le centre de l’Univers… ce que bien évidemment le Vatican ne pouvait tolérer (La Terre, création divine ne serait donc qu’une petite « province” de l’Univers ? Je vous demande un peu…)

Copernic déjà, plus d’un siècle avant lui, avait développé cette théorie de l’héliocentrisme. On sait aujourd’hui qu’ils n’avaient pas tort. L’Église à bien dû se rallier à cette réalité.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre K comme Knowledge (connaissance) aujourd’hui. Peinture de Jean-Leon Huens.


Prochain billet de cet Alphabet : L comme… Liberté.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/10

Abécédaire Russell Posted on 23 avril 2019 12 h 51 min

Bertrand Russel, dixième.

On continue donc notre petite baguenaude au cœur de l’ »Alphabet du bon citoyen” de Bertrand Russell, prix Nobel de Littérature (1950), mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue et moraliste britannique…

“Joyeux”, un doigt pointé sur notre mesquinerie, dès lors que qui assiste au déclin de son ennemi est pris de joie.

On connaît plus élégant, non ?

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre J comme JOLLY (Joyeux) aujourd’hui. Illustration Roland topor.

Prochain billet de cet Alphabet : K comme… Knowledge (Connaissance).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/09

Abécédaire Russell Posted on 19 avril 2019 14 h 06 min

I comme ignorant. Neuvième lettre de l’Abécédaire de Russell.

Ignorant. Donc pas sacré.
Méprisable, en quelque sorte, hélas.

C’est bien de cela qu’il s’agit. Le mépris de qui ne nous semble pas, comme nous (sachants), « à la hauteur”…

D’une volontaire alchimie faite de l’ignorance et du méprisable au bénéfice du « pas sacré »… Et dans un retournement à 180 degrés, Russell nous suggère que si ce qui est ignorant n’est pas sacré, ce qui n’est pas sacré est ignorant. Méprisable, dirions-nous.

Flotte l’ombre d’un syllogisme honteux : Ce qui est ignorant n’est pas sacré; ce qui est ignorant est méprisable. Ce qui n’est pas sacré est dès lors méprisable…

Ne manque que l’ironie pour savoir à quel point Russell démonte ce que d’autres, sans y parvenir, aimeraient pouvoir démontrer.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre I comme IGNORANT aujourd’hui.

Prochain billet de cet Alphabet : J comme… Joyeux.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/08

Abécédaire Russell Posted on 16 avril 2019 15 h 10 min

Le meilleur gouvernement est le gouvernement qui gouverne le moins”.
Ainsi Henri David Thoreau, philosophe et poète américain (1817-1862) introduit-il presque infantilement son texte intitulé La désobéissance civile.
Bien conscient que gouverner signifie tôt ou tard exercer un pouvoir, et méfiant des méfaits de ce pouvoir qui, peu ou prou, mais la plupart du temps immensément, signifie toujours dominer, Thoreau, indocile jusqu’à son dernier jour, clame haut et fort que la politique est l’affaire de tous et nullement celle exclusive des gouvernants.
On imagine aisément que, s’ils avaient pu se rencontrer, lui et notre ami de 26 épisodes, Bertrand Russell, auraient pu faire plus que passer ensemble de bonnes soirées à déplorer que ceci que cela…
En 1846, Thoreau est emprisonné pour avoir refusé, en signe d’opposition à l’esclavage et à la guerre contre le Mexique, de payer un impôt à l’État américain.

Quel rapport avec Bertrand Russell (et son Abécédaire) ?
La désobéissance, l’iconoclastie, l’engagement, la responsabilité. La foi en la capacité des hommes à vivre responsables aussi. Et à regarder les choses telles quelles sont. Sans souci de confort, sans déni.
Les yeux en face.

Et puis, chez l’un comme chez l’autre, la même détestation des choses établies.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Lettre H comme HOLLY (sacré) aujourd’hui.

Prochain billet de cet Alphabet : I comme… Ignorant.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/07

Abécédaire Russell Posted on 12 avril 2019 11 h 34 min

On avance, avec cette septième lettre de l’Alphabet du bon citoyen de notre ami le prix Nobel de Littérature (1950) Bertrand Russell.

G comme …Greedy (envieux).

L’envie de ce que possède l’autre…
Mais cet(te) autre, c’est si souvent soi…
Jeu double jeu redoublé.
Un miroir dans lequel on découvrirait ce qui de nous nous est caché.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Pour celui-ci : GREEDY (Envieu) – Illustration Francesco Chiriaco

Prochain billet de cet Alphabet : G comme… Holly (Sacré).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/06

Abécédaire Russell Posted on 8 avril 2019 16 h 43 min

“F” comme…

“Fou”, suggère Russell, qui n’oublie pas de se la jouer un peu “anar”. Et ça fait du bien non ? Le fou est celui que l’Ordre ne saurait accepter. Le fou, c’est, en quelque sorte, le désordre. Dès lors…

On pense à Artaud, on pense à Van Gogh, on pense au cubisme, on pense au nouveau roman, on pense à la musique sérielle, on pense aux médecines d’avant-garde qui datent, qui datent, qui datent mais qui, à entendre ceux qui les décrètent folles, sont toujours trop douces pour être honnêtes, on pense à Jean-Luc Godard assez peu aimé de la police, c’est peu dire, on pense à Villon, on pense à Baudelaire, à Bataille, à Breton, à.

On pense sans doute aussi (mais assez peu, parce qu’on ne le connaît que peu) à Bertrand Russell…

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Pour celui-ci : FOOLISH (Fou) – Illustration Egon Schiele

Prochain billet de cet Alphabet : G comme… Greedy (Envieux).

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/05

Abécédaire Russell Posted on 6 avril 2019 13 h 31 min

Cinquième étape de cet Alphabet du bon citoyen de Bertrand Russel.
Cinquième lettre donc. “E”… On continue ? On continue, bien sûr.

Où Russell pousse un peu plus loin son sens iconoclaste de la provocation.
Et, si ce qui est réputé faux était vrai ? ou inversement. Et si toute vérité, toute réalité n’était qu’une illusion due à notre cécité qui ne se fie qu’aux apparences et aux théorèmes ?
Je vous laisse en juger.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Pour celui-ci : ERRONEOUS (Erroné) – Illustration René Magritte

Prochain billet de cet Alphabet : F comme… Fou.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/04

Abécédaire Russell Posted on 2 avril 2019 17 h 56 min

Quatrième “épisode”, quatrième lettre de cet abécédaire…

“D” donc. D comme diabolique.

On aurait pu dire “D comme dérision” aussi.

C’est dégueulasse, c’est vrai, que les pauvres ne mettent pas un peu plus de cœur à enrichir les riches !

Dans quel monde vit-on ? On ne peut faire confiance à personne.

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Pour celui-ci : DIABOLIC (Diabolique)

Prochain billet de cet Alphabet : E comme… Erroné.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt ?



Russellerie 26/03

Abécédaire Russell Posted on 29 mars 2019 14 h 27 min

Athée, c’est peu dire, opposé viscéralement à toute religion ou forme de religion, Russell ne pouvait que se délecter de l’exercice iconoclaste auquel il avait décidé de se livrer avec son Alphabet du bon citoyen, outil de subtile (?) provocation.

À chacun d’inventer sa compréhension de sa définition du …bon chrétien. Difficile cependant de n’y voir pas une profonde critique du schisme entre les intentions premières de la chrétienté et ses pratiques…

On voit ça ?

Comme je le rappellerai en début de chacun des billets que je lui consacrerai, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Pour celui-ci : CHRISTIAN (Chrétien) – Illustration Jérôme Bosch

Prochain billet de cet Alphabet : D comme… Diabolique.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt !



Russellerie 26/02

Abécédaire Russell Posted on 25 mars 2019 11 h 26 min

Après la lettre “A” de cet Alphabet du bon citoyen de Bertrand Russell, on passe au “B”…comme Bolchévik.

Plus personne ne songe aujourd’hui à traiter son voisin de Bolchévik, mais, dans les années 50, c’était une autre paire de manches…

Est-on devenus meilleurs pour autant ? Pas sûr.
On aime toujours à affubler ceux avec qui on est en désaccord des oripeaux de ce qu’on déteste.
Il suffit de voir avec quelle vulgarité, quelle bêtise, quelle peur de l’inconnu, certains continuent à traiter de Pédé tout qui ne rencontre pas leur assentiment.
Sordide ? Bien sûr, sordide. Ignoble et minable aussi.

Bref.

Comme je le rappellerai en début de billet, l’alphabet de Bertrand Russell, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.

Pour ce second : BOLSHEVIK (Bolchévik) – Illustration Francis Bacon


Prochain billet de cet Alphabet : C comme… Chrétien.

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt !



Russellerie 26/01

Abécédaire Russell Posted on 19 mars 2019 14 h 23 min

Petite baguenauderie au pays de Bertrand Russell, mathématicien, philosophe, moraliste, épistémologue du siècle dernier (1872-1970). Et tout de suite, son iconoclastie frappe. Son iconoclastie, mais aussi une profonde humanité faite d’humour décalé et d’anticonformisme responsable.
Et ce n’est pas rien par les temps qui aujourd’hui courent si désastreusement lentement…

Prix Nobel de Littérature 1950 (il n’existe pas de Nobel de Philosophie), auteur, entre autres petites merveilles d’intelligence et d’engagement, d’un très précoce Éloge de l’oisiveté que ne renieraient pas, on peut l’imaginer, les décroissantistes d’aujourd’hui.
C’est dire son actualité.

Humour et anticonformisme, disais-je.
C’est à cet aspect-là de sa personnalité que je veux, dans ce blog, m’attacher (je n’oublie pas pour autant son réel engagement politique auquel il m’est difficile de ne pas souscrire…).
Russell, en 1950 – alors qu’il est déjà ce qu’on appelle un vieil homme – fait éditer son très astucieux et ironique Alphabet du bon citoyen. Il y a déjà du Mai ’68 dans l’air.

Vingt-six lettres, vingt-six subjectives définitions de mots malicieusement choisis, pour un abécédaire que je vous livrerai en autant de « billets”. Et auxquels je tenterai de proposer une « tension » par l’ajout de visuels (photos, illustrations, typographie) avec lesquels les définitions de Russell dialogueront…

Une dernière chose : L’alphabet de Bertrand Russel, en anglais, a été traduit ici en français. L’initiale des mots ne correspondant pas nécessairement, j’introduirai toujours le billet par la version anglaise du mot choisi par Russell.
Pour ce premier : ASININE (Ânerie) – Illustration Roland Topor

Prochain billet de cet Alphabet : B comme… Bolchevik (on est en 1950 !)

Bonne découverte à vous.

À tout bientôt !